Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Article paru le 30 mars 2010 dans l'Humanité


L’invité de la semaine

Michel Hervieu : Il faut défendre notre service public et laïque d’éducation


Président de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) de Seine-Saint-Denis.


L ’école publique, laïque et gratuite est vecteur de lien. Elle permet de garantir la cohésion sociale aujourd’hui menacée par des choix politiques qui favorisent l’école privée et encouragent la marchandisation de l’école.

Le service public laïque d’éducation doit garantir à chaque élève une scolarisation de qualité sur tous les territoires. Il doit permettre à chacun, quelle que soit son origine culturelle ou géographique, quelle que soit sa situation – ou son handicap –, de bénéficier d’un enseignement de qualité. Malgré les discours rassurants du gouvernement, beaucoup d’entre nous se posent la question  : l’éducation nationale est-elle toujours la priorité de l’État  ? Les nombreuses décisions ministérielles montrent le contraire  : chaque année, les dizaines de milliers de suppressions de postes d’enseignants, d’emplois de personnels surveillants et TOS (personnels techniques, ouvriers et de service) fragilisent l’école, la réforme de la formation des enseignants aggravera encore la situation et aujourd’hui les aides publiques concédées aux établissements privés n’ont jamais été aussi élevées. C’est près de 7milliards d’euros accordés chaque année par l’État, auxquels viennent s’ajouter les participations obligatoires versées par les collectivités locales. Ainsi avec la loi Carle, votée en 2009 par la majorité de droite, les municipalités sont désormais tenues de financer les écoles privées d’autres communes si leurs résidents ont choisi d’y scolariser leurs enfants. En amplifiant le financement de la concurrence du service public d’éducation nationale, la logique de « marché scolaire » est confortée alors que, dans le même temps, la suppression de la sectorisation transforme les parents d’élèves en consommateurs d’école.

Il faut défendre notre service public et laïque d’éducation. D’autres choix sont possibles qui s’appuient sur l’objectif d’égalité et de culture commune entre tous les citoyens du pays. L’éducation n’est pas une marchandise. L’argent public doit cesser de financer les choix de quelques-uns.

Tag(s) : #Education