Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mais où est le débat politique sur les élections départementales ?

Plus blanc que blanc ?


Par Maurice Ulrich
Mercredi, 11 Mars, 2015
L'Humanité


L'éditorial de Maurice Ulrich : Si le premier ministre a peur du FN, qu’est-ce donc qui empêcherait de voter FN ceux qui veulent faire peur au gouvernement ou le sanctionner ? Fétiche contre fétiche. Complot contre manipulation. Mais où est le débat politique ?

28 assistants des 23 députés européens du FN feraient donc l’objet d’une enquête pour fraude en raison du fait qu’ils travailleraient exclusivement pour le FN sur le territoire français. Si c’était le cas, ce serait un grand classique du genre, dont la Mairie de Paris avait donné quelques exemples au temps de Jacques Chirac. Une enquête est en cours et rien n’est conclu, donc pas si vite, sans doute, mais Marine Le Pen veut déposer une plainte ; sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, y voit la preuve qu’une fois de plus « les élites » se déchaînent contre le FN. Bien sûr. Ce sont sans doute les élites aussi qui ont inventé les « dérapages » racistes, homophobes, voire les menaces de mort de candidats du FN. Bizarre comme ces gens, quand ils « dérapent », le font toujours dans le même sens. Ah oui, une enquête est aussi ouverte sur le financement de deux de ses campagnes électorales. Complot, sans doute. En réalité, le FN n’est évidemment pas l’agneau qu’il prétend être et qui laverait « plus blanc que blanc », comme disait Coluche.

Mais il faut aller au-delà pour mettre au jour ce qu’il y a dans la chose FN, devenue comme un fétiche, de télés en radios et en colonnes. Comment ne pas voir de ce point de vue qu’en criant au loup, Manuel Valls agite lui aussi le fétiche, non sans arrière-pensées. Si le premier ministre a peur du FN, qu’est-ce donc qui empêcherait de voter FN ceux qui veulent faire peur au gouvernement ou le sanctionner ? Fétiche contre fétiche. Complot contre manipulation. Mais où est le débat politique ? Ne rêvons pas, le pouvoir n’en veut pas et il s’est bel et bien donné tous les moyens de l’occulter, dont le 49-3 ou le brouillage des enjeux du scrutin départemental. C’est pourtant dans la confrontation des projets, des propositions, dans la construction d’alternative aux politiques d’austérité et de remise en cause des acquis sociaux que l’on sortira de la crise politique, en démontrant en même temps la nocivité du FN et de ses fausses solutions. Et qui le fera, si ce n’est une nouvelle gauche en chantier.
http://www.humanite.fr/

Tag(s) : #Elections départementales 2015