Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les impasses des dogmes austéritaires

Posté le 23 octobre 2014

Ce qui nous était présenté hier comme le « modèle » à suivre marque plus que des faiblesses ! L’Allemagne s’enfonce dans de nouvelles difficultés. Rien d’étonnant à cela. Dès lors que les budgets sociaux et publics sont sans cesse compressés, que les salaires et les retraites sont bloqués voir poussés à la baisse, le poison de l’austérité fait son œuvre destructrice.

Après avoir compressé son marché intérieur puis obligé les autres pays européens à faire de même, l’Allemagne se trouve aujourd’hui avec des exportations qui diminuent, alors qu’elle refuse de lancer un plan d’investissement pourtant indispensable afin de répondre aux besoins humains, sociaux et d’efficacité économique. Ceci n’a évidemment pas empêché la coalition au pouvoir de convoquer deux ministres français, M. Sapin et M. Macron, pour qu’ils présentent, avant leur adoption par notre Parlement, les budgets de la France, ainsi que ce qui est faussement appelé « un plan de réformes ». Acceptant de passer au confessionnal allemand, nos deux ministres ne se sont pas contentés d’y aller la fleur au fusil.

Ils ont fait toutes les préconisations de leurs interlocuteurs et de ceux des gendarmes de Bruxelles qui pourtant mènent à l’impasse partout. Les annonces et les projets de contre-réformes libérales de M. Macron en sont la preuve. Il l’a fait avec un tact qui lui est propre, ne voyant dans la classe ouvrière que des illettrés et préparant pour les pauvres des flottes de « cars ». Quant aux chômeurs, il parle d’eux avec une incroyable violence mêle de mépris, laissant entendre qu’ils voleraient leurs maigres indemnités qu’il veut diminuer. Personne à droite n’avait encore réalisé un tel exploit ! Lui espère y parvenir en affublant toutes les conquêtes sociales, résultats de décennies de lutte, du nom magique de » tabous » que, d’un ton badin, il se propose de « faire sauter ». En vérité, tout est fait pour tenter de sauver le capitalisme de sa crise globale.

Evidemment tout ceci est maquillé sous des débats dont sont désormais exclus toutes pensées, solutions ou projets différents, sans même parler de projet alternatif. Ainsi la télévision publique mettait l’autre soir face à face M. Zemmour et M. Attali, ce dernier assumant un moindre mal qui enferme tout de même dans la cage de l’ultralibéralisme. Dimanche dernier, un journal mettait face à face deux économistes qui faisaient semblant de se chamailler sur le fait de savoir si la France était prête à des « réformes ». Ce mot désormais si galvaudé, transformé en son contraire dès lors qu’il s agit de décisions politiques. Au lieu de s’attacher au grand chantier d’une véritable réforme de justice fiscale, avec des impôts sur le revenu progressif, des impôts locaux en lien avec le revenu, un impôt sur le capital équivalent à ceux prélevés sur le travail, voici que l’argument de la justice est galvaudé pour démolir le principe d’universalité dans l’octroi des allocations familiales. Derrière la brèche ouverte par cette décision, si elle était définitive, c’est l’ensemble de notre système de protection sociale qui serait mis à mal. Encore un engagement présidentiel déchiré ! Le candidat F. Hollande ne déclarait-il pas avec force : « je reste très attaché à l’universalité des allocations familiales qui sont aussi un moyen d’élargir la reconnaissance nationale à toute la diversité des formes familiales. Elles ne seront donc pas soumis à conditions de ressources ». Cette parole conforme aux valeurs du Conseil national de la Résistance est en passe d’être bafouée sur l’autel du service du grand patronat. D’un côté, celui-ci ne contribuera plus pour la part qui lui revient au financement de la branche familiale de la protection sociale. De l’autre, des familles seront spoliées. Demain, on abaissera le seuil en-deçà duquel elles seront touchées et, pour faire bonne mesure, les remboursements de médicaments, eux aussi, seront mis sous conditions de ressources !

Pourtant il faut se rendre à l’évidence, ces politiques qui s’accompagnent d’un cortège de souffrances et de malheurs, ne produisent que des échecs partout.

Laisser faire ne ferait qu’aggraver la situation générale et celle des familles. Il y a donc urgence à se bouger, à casser l’ambiance actuelle qui pousse au renoncement et au fatalisme qui nourrissent dans toute l’Europe la montée des extrémismes de droite.

Certes le mal est profond. Raison de plus pour susciter le maximum de discussions dans les localités et les entreprises pour s’efforcer de dégager des alternatives politiques unitaires et des rassemblements de lutte.

http://patrick-le-hyaric.fr/les-impasses-des-dogmes-austeritaires/

Les impasses des dogmes austéritaires
Tag(s) : #Economie