Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rémi Fraisse, vingt et un ans, tué parce qu’il manifestait

Barrage de Sivens : des dérapages d’État

MARIE BARBIER ET BRUNO VINCENS

Lundi, 27 Octobre, 2014

Botaniste bénévole, cet étudiant toulousain est mort samedi en marge des manifestations contre le barrage de Sivens, dans le Tarn. Les premiers résultats de l’autopsie s’orientent vers une bavure policière. Un drame qui s’inscrit dans une logique de violence à l’oeuvre depuis des semaines.

Rémi Fraisse est mort sur le coup. L’autopsie a révélé hier qu’il a été violemment projeté au sol, victime d’une explosion, alors que des aaffrontements opposaient la police et des manifestants sur le chantier du barrage de Sivens, dans le Tarn.

Depuis des mois, les militants expérimentés, élus, syndicalistes prévenaient que la répression policière démesurée à l’encontre des manifestants allait provoquer un drame. Alors que depuis deux jours les autorités tentent de rejeter la faute sur des « casseurs », le profi l de Rémi Fraisse anéantit cette thèse. Selon son père, l’étudiant toulousain s’était rendu au rassemblement « un peu en touriste », avec sa copine. Avec d’autres, il contestait l’utilité d’une retenue d’eau construite à l’emplacement d’une zone humide majeure du département à la seule fin d’alimenter l’agriculture intensive. Le rapport d’expertise, dont les conclusions ont été révélées hier, abonde dans le sens des opposants : le barrage de Sivens est un projet jugé « médiocre » et « surdimensionné ».

Lire la suite dans l'Humanité ce mardi et sur l'Humanité.fr.

Rémi Fraisse est mort sur le coup. L’autopsie a révélé hier qu’il a été violemment projeté au sol, victime d’une explosion, alors que des aaffrontements opposaient la police et des manifestants sur le chantier du barrage de Sivens, dans le Tarn.

Depuis des mois, les militants expérimentés, élus, syndicalistes prévenaient que la répression policière démesurée à l’encontre des manifestants allait provoquer un drame. Alors que depuis deux jours les autorités tentent de rejeter la faute sur des « casseurs », le profi l de Rémi Fraisse anéantit cette thèse. Selon son père, l’étudiant toulousain s’était rendu au rassemblement « un peu en touriste », avec sa copine. Avec d’autres, il contestait l’utilité d’une retenue d’eau construite à l’emplacement d’une zone humide majeure du département à la seule fin d’alimenter l’agriculture intensive. Le rapport d’expertise, dont les conclusions ont été révélées hier, abonde dans le sens des opposants : le barrage de Sivens est un projet jugé « médiocre » et « surdimensionné ». Lire la suite dans l'Humanité ce mardi et sur l'Humanité.fr.

Rémi Fraisse est mort sur le coup. L’autopsie a révélé hier qu’il a été violemment projeté au sol, victime d’une explosion, alors que des aaffrontements opposaient la police et des manifestants sur le chantier du barrage de Sivens, dans le Tarn.

Depuis des mois, les militants expérimentés, élus, syndicalistes prévenaient que la répression policière démesurée à l’encontre des manifestants allait provoquer un drame. Alors que depuis deux jours les autorités tentent de rejeter la faute sur des « casseurs », le profi l de Rémi Fraisse anéantit cette thèse. Selon son père, l’étudiant toulousain s’était rendu au rassemblement « un peu en touriste », avec sa copine. Avec d’autres, il contestait l’utilité d’une retenue d’eau construite à l’emplacement d’une zone humide majeure du département à la seule fin d’alimenter l’agriculture intensive. Le rapport d’expertise, dont les conclusions ont été révélées hier, abonde dans le sens des opposants : le barrage de Sivens est un projet jugé « médiocre » et « surdimensionné ». Lire la suite dans l'Humanité ce mardi et sur l'Humanité.fr.

Barrage de Sivens : Rémi Fraisse tué parce qu’il manifestait
Tag(s) : #Société