Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Espionnage : Hollande et Merkel divisés sur l'avenir du marché transatlantique

MERCREDI 3 JUILLET 2013

Après les révélations d'Edward Snowden sur l'entendue de l'espionnage américain, le président français veut repousser le début des négociations Europe-Etats-Unis sur le projet de marché transatlantique, prévu lundi 8 juillet. La chancelière allemande ne voit pas le rapport entre l'affaire Snowden et la future zone de libre-échange.

François Hollande ne remet cependant et malheureusement pas en cause le bienfondé de ce projet porté par l'Union européenne et les Etats-Unis.

"Il ne s'agit pas d'arrêter les négociations", mais "il nous paraît sage de les suspendre temporairement, pour une durée de quinze jours sans doute, pour éviter toute polémique et le temps d'obtenir les informations demandées" à Washington sur l'espionnage par les Etats-Unis des institutions européennes, a déclaré ce mercredi la porte-parole du gouvernement français, Najat Vallaud-Belkacem.

"Nous allons sans plus attendre, cette semaine, nous concerter avec nos partenaires européens sur ce sujet", a-t-elle ajouté. Le président François Hollande avait déjà prôné mardi une "position coordonnée, commune" de l'Europe dans l'affaire d'espionnage d'institutions de l'UE et d'Etats européens dont sont soupçonnés les Etats-Unis. "C'est très important d'être cohérent et d'avoir un même discours sur ce sujet car l'enjeu est communautaire et pas uniquement national", a encore dit Najat Vallaud-Belkacem. "Mais je vous confirme aussi que pour que cette négociation puisse s'engager sereinement, il faut que les deux parties soient réunies en confiance", a-t-elle fait valoir.

Protection des données dans l'accord

La chancelière allemande Angela Merkel soutient au contraire la Commission européenne dans sa volonté de débuter les négociations le 8 juillet. "Nous voulons cet accord de libre-échange et nous voulons aussi démarrer maintenant les négociations", a rétorqué ce mercredi à Berlin le porte-parole d'Angela Merkel, Steffen Seibert. Dans son dialogue avec les Etats-Unis, "l'Europe va trouver un chemin pour créer la discussion sur ces sujets qui sont aussi très importants pour nous, des sujets comme la protection des données, comme la liberté de la sphère privée. D'ailleurs, entre l'UE et les USA il est désormais prévu de mettre en place un groupe commun d'experts. Ils devront éclaircir des questions, par exemple la surveillance des services de renseignement et de leurs actions, et cela inclut aussi les questions sur la protection des données et de la sphère privée", a-t-il souligné.

François Hollande et Angela Merkel devaient avoir dans l'après-midi l'occasion de parler de leur désaccord en marge d'une réunion à Berlin de plusieurs dirigeants européens consacrée à la lutte contre le chômage des jeunes.

  • A lire aussi:

L'accord transatlantique décrié mais pas remis en question [3]

Le NSAgate déclenche une crise politique [4]

Après les révélations d'Edward Snowden sur l'entendue de l'espionnage américain, le président français veut repousser le début des négociations Europe-Etats-Unis sur le projet de marché transatlantique, prévu lundi 8 juillet. La chancelière allemande ne voit pas le rapport entre l'affaire Snowden et la future zone de libre-échange.

François Hollande ne remet cependant et malheureusement pas en cause le bienfondé de ce projet porté par l'Union européenne et les Etats-Unis.

"Il ne s'agit pas d'arrêter les négociations", mais "il nous paraît sage de les suspendre temporairement, pour une durée de quinze jours sans doute, pour éviter toute polémique et le temps d'obtenir les informations demandées" à Washington sur l'espionnage par les Etats-Unis des institutions européennes, a déclaré ce mercredi la porte-parole du gouvernement français, Najat Vallaud-Belkacem.

"Nous allons sans plus attendre, cette semaine, nous concerter avec nos partenaires européens sur ce sujet", a-t-elle ajouté. Le président François Hollande avait déjà prôné mardi une "position coordonnée, commune" de l'Europe dans l'affaire d'espionnage d'institutions de l'UE et d'Etats européens dont sont soupçonnés les Etats-Unis. "C'est très important d'être cohérent et d'avoir un même discours sur ce sujet car l'enjeu est communautaire et pas uniquement national", a encore dit Najat Vallaud-Belkacem. "Mais je vous confirme aussi que pour que cette négociation puisse s'engager sereinement, il faut que les deux parties soient réunies en confiance", a-t-elle fait valoir.

Protection des données dans l'accord

La chancelière allemande Angela Merkel soutient au contraire la Commission européenne dans sa volonté de débuter les négociations le 8 juillet. "Nous voulons cet accord de libre-échange et nous voulons aussi démarrer maintenant les négociations", a rétorqué ce mercredi à Berlin le porte-parole d'Angela Merkel, Steffen Seibert. Dans son dialogue avec les Etats-Unis, "l'Europe va trouver un chemin pour créer la discussion sur ces sujets qui sont aussi très importants pour nous, des sujets comme la protection des données, comme la liberté de la sphère privée. D'ailleurs, entre l'UE et les USA il est désormais prévu de mettre en place un groupe commun d'experts. Ils devront éclaircir des questions, par exemple la surveillance des services de renseignement et de leurs actions, et cela inclut aussi les questions sur la protection des données et de la sphère privée", a-t-il souligné.

François Hollande et Angela Merkel devaient avoir dans l'après-midi l'occasion de parler de leur désaccord en marge d'une réunion à Berlin de plusieurs dirigeants européens consacrée à la lutte contre le chômage des jeunes.

  • A lire aussi:

L'accord transatlantique décrié mais pas remis en question [3]

Le NSAgate déclenche

URL source: http://www.humanite.fr/monde/affaire-snowden-545213 une crise politique [4]

Espionnage : Hollande et Merkel divisés sur l'avenir du marché transatlantique
Espionnage : Hollande et Merkel divisés sur l'avenir du marché transatlantique
Tag(s) : #Monde