Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PCF : Notre campagne va surprendre


Pierre Dharréville, Secrétaire de la fédération du PCF 13 souligne le sens d’une liste du Front de Gauche.


La Marseillaise : Les communistes viennent de décider de constituer des listes de Front de gauche pour les élections régionales. Quel est le sens de ce choix ?


Pierre Dharréville : Cette décision intervient au bout d’un débat serein et approfondi. Nous avons pris le temps d’évaluer les contradictions politiques de la période. Le sentiment qui domine aujourd’hui, dans la population, c’est que la gauche n’est pas à la hauteur. Pas à la hauteur face à la crise, pas à la hauteur face à la droite, pas à la hauteur face aux enjeux d’avenir. Nous voulons relever ce défi en poursuivant ce que nous avons engagé lors des élections européennes de juin dernier. La gauche reprendra l’ascendant si elle porte un projet audacieux, et si elle s’appuie sur une dynamique populaire. C’est l’objectif que nous nous fixons avec le Front de gauche. Nous voulons porter des propositions fortes pour notre région, leur donner du poids. Nous voulons des politiques régionales qui aillent plus loin et plus fort. Nous sommes entrés dans une nouvelle époque, où des prises de conscience ont eu lieu sur la nocivité du capitalisme, sur le besoin d’intervention publique et citoyenne, sur l’enjeu environnemental.


La Marseillaise : Mais depuis douze ans, les communistes sont dans la majorité, ils ont des vice-présidents... Vous avez quelque chose à reprocher à Michel Vauzelle ?

Pierre Dharréville : Ce n’est pas de cette façon-là que se pose la question. J’ai l’habitude de dire que si Jean-Marc Coppola avait été Président de la Région, la politique menée aurait forcément été différente. Mais nous avons travaillé dans cette majorité et ce bilan porte la marque de notre influence, de notre action. La politique menée en matière de transports, de culture, de santé, d’agriculture, d’énergies renouvelables, de critères conditionnant des aides... Je pourrais allonger la liste. Le bilan contient des avancées réelles qui sont le fait de cette majorité de gauche. Ce bilan est aussi le nôtre. Mais nous savons aussi qu’il faut aller plus loin. Nous savons également que la gauche est diverse, qu’il y a débat en son sein sur les orientations à prendre. Ce débat ne doit pas se mener en dehors des citoyennes et des citoyens.

La force du Front de Gauche déterminera la couleur de la politique régionale demain. Nous voulons continuer à gouverner la région, à agir concrètement pour changer la vie quotidienne et pour empêcher la finance et la droite de faire main basse sur tout ce qui nous entoure. Nous avons déjà commencé à formuler des propositions très précises pour une Région dont l’obsession doit être de promouvoir l’humain. Et dès aujourd’hui, Jean-Marc Coppola sera sur le terrain pour présenter notre première proposition régionale. Elle va faire débat.


La Marseillaise : Certains disent que la gauche est divisée. On a parlé de manque de maturité...


Pierre Dharréville : Nous voulons faire gagner la gauche. La meilleur manière de le faire c’est d’exister le plus fort possible pour lui donner du contenu et de la force. Mais nous sommes très clairs sur notre intention d’être acteurs du rassemblement de toute la gauche au second tour. C’est de là que viendra une vraie dynamique politique respectueuse de la diversité de la gauche aujourd’hui. Vous savez, la droite tente actuellement de faire passer une réforme des institutions qui est proprement monstrueuse, où l’on essaye, entre autres, d’imposer des modes de scrutin qui réduiraient de façon radicale le choix des électrices et des électeurs à deux options. Il ne faut pas compter sur nous pour devancer ce mouvement que nous entendons bien faire échouer.


La Marseillaise : De quelle manière conduirez vous cette campagne ?


Pierre Dharréville : Pour les élections régionales, nous allons mener une campagne de rassemblement et de projet, nous allons mener la bataille contre la droite et l’extrême droite, nous allons nous engager dans la bataille des idées. C’est dans le débat qu’il nous faut déjà commencer à nous rassembler. Tout cela me semble très responsable. Et d’ores et déjà, nombreux sont celles et ceux qui sont venus nous signifier leur intérêt pour cette démarche. Nous allons la construire avec les forces politiques disponibles, et avec tous les acteurs sociaux, culturels, associatifs qui voudront s’y engager. Notre campagne va surprendre car elle va ouvrir à gauche des espaces nouveaux. Il y en a bien besoin. Et nos propositions, nous entendons bien agir pour qu’elles soient mises en oeuvre en participant aux exécutifs régionaux.


Propos recueillis par Christian Digne (La Marseillaise, le 27 novembre 2009)

Tag(s) : #Politique