Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Article paru le 29 mars 2010 dans l'Humanité

 

Luttes : Il n’y aura pas de pause au PCF


Affiche PCF rompre avec la politique du capital

Le conseil national du Parti communiste français convoque un congrès en juin et appelle à la mobilisation de fronts d’action et de propositions.

Une séquence politique nouvelle s’est ouverte avec les élections régionales. Le conseil national du PCF a consacré tout un week-end pour en prendre la juste mesure. Et première conclusion qui s’impose, après une bonne quinzaine d’heures de débats et plus d’une centaine d’interventions  : les communistes ne s’accorderont aucune pause. Ils vont renforcer leur participation aux mobilisations populaires pour défendre les retraites, les services publics, et tiendront un « congrès d’étape » les 18, 19 et 20 juin qui aura notamment à son ordre du jour l’élection d’un successeur à Marie-George Buffet. La secrétaire nationale, en responsabilité depuis octobre 2001, avait déclaré lors de sa réélection en décembre 2008 qu’elle souhaitait passer le relais en cours de mandat.

Dans le rapport qu’il a présenté à l’ouverture de la réunion, Pierre Laurent, coordinateur national du Parti, a brossé le tableau politique de l’après-scrutin. À un mécontentement profond qui gagne les secteurs les plus larges de la société, aux nouveaux développements de la crise systémique et aux déflagrations qu’elle provoque dans plusieurs pays européens, s’ajoute la perspective d’une possible défaite de Nicolas Sarkozy en 2012. L’espoir a changé de camp. Le temps s’accélère. La gauche sera-t-elle porteuse d’une alternative de réelle rupture  ? Cela dépendra, pour une part décisive, de la capacité du PCF et du Front de gauche à mettre en débat dans la société des propositions au contenu transformateur.

Le principal champ de la confrontation avec la droite concerne les retraites. Les communistes, a déclaré Pierre Laurent, entendent mener sur cette question une bataille d’envergure – « un choix de société et de civilisation », souligne la résolution adoptée, une campagne d’explications et d’actions comparable à celle de 2005, sur le traité constitutionnel européen. « Ouvrons les dossiers avec les citoyens, créons partout des comités, organisons des débats publics, déployons les cadres unitaires qui se mettent en place », Pierre Laurent plaide pour « un Front de gauche d’action et de propositions ». Le PCF s’investira également dans les états généraux des services publics et dans la campagne pour les libertés lancées par la Ligue des droits de l’homme.

L’analyse des résultats dans les régions donne lieu à des appréciations contradictoires. Un an après les européennes, le Front de gauche est « repéré », selon l’expression d’un militant de Dordogne. Cyril Vineux, secrétaire départemental du Puy-de-Dôme, témoigne de la campagne dynamique d’André Chassaigne, de l’implication des citoyens à l’élaboration du programme. Un premier bilan positif est dressé qui doit être nuancé par l’abstention massive et la remontée du FN. Plusieurs intervenants déplorent un nombre d’élus communistes inférieur à la précédente mandature et s’inquiètent d’un effacement possible du PCF dans le Front de gauche. L’attitude de Jean-Claude Gayssot et des trois autres élus qui soutiennent Georges Frêche a été sévèrement condamnée. « Leurs déclarations sont en contradiction avec les valeurs communistes  ! » a déclaré Marie-George Buffet.

Le congrès d’étape devra traiter à la fois des échéances électorales  : les cantonales en 2011 et la présidentielle en 2012. Avant de discuter des candidatures, les communistes veulent travailler le contenu des politiques. Des conventions, des rencontres, des forums devraient marquer les prochains mois. Le Front de gauche pourra ainsi s’élargir, associer à ce travail des syndicalistes, des universitaires, des associations, et être véritablement un front social et intellectuel. Les délégués remettront sur le chantier la transformation du Parti communiste, qui a été décidée au dernier congrès en 2008. Dans cette perspective, l’annonce faite par plusieurs responsables de leur intention de quitter le PCF a été accueillie avec tristesse. Marie-George Buffet a souhaité que « ces camarades, dont les critiques portent sur le fonctionnement du Parti et non sur le projet politique, ne prennent pas de décision définitive avant le congrès, qui doit débattre de la transformation du PCF… »

J.-P. P.

Tag(s) : #Politique