Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Karachi Gate : Hortefeux entendu par la police

Brice Hortefeux, a été entendu, ce matin, comme témoin, par l'autorité judiciaire." L'ancien ministre de l'Intérieur s'est expliqué vendredi pendant près de trois heures devant la police sur ses conversations téléphoniques avec un ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, Thierry Gaubert, mis en examen dans le volet financier de l'affaire Karachi.

"Je suis soulagé. Ça permet de préciser et de démontrer un certain nombre de choses. Je rappelle que c'est moi qui ai demandé à être entendu comme témoin", a dit l'ancien ministre de l'Intérieur.

Dans une conversation téléphonique du 14 septembre, M. Hortefeux avait indiqué à M. Gaubert que sa femme, Hélène de Yougoslavie, interrogée quatre jours auparavant par le juge Renaud van Ruymbeke, "balançait beaucoup".

"Qu'est-ce que tu as comme infos là-dessus, toi, parce qu'elle me dit qu'elle dit rien?", avait répondu Thierry Gaubert. "Ça m'embête de te le dire par téléphone. Il y a beaucoup de choses, hein", avait assuré l'ex-ministre de l'Intérieur.

"Il avait son téléphone avec lui en garde à vue"

Après sa mise en cause, M. Hortefeux avait déclaré vouloir être entendu, niant "catégoriquement avoir eu quelque information issue de la procédure judiciaire en cours" sur le volet financier du dossier Karachi, assurant n'avoir eu connaissance que de rumeurs journalistiques.

A la date de cette conversation téléphonique, seul Mediapart s'était fait l'écho des déclarations d'un témoin, sans dire qu'il s'agissait de Mme Gaubert, affirmant que Thierry Gaubert et Ziad Takieddine, également mis en examen dans l'affaire Karachi, allaient chercher de l'argent en Suisse pour le ramener en France dans les années 90.

L'ex-ministre de l'Intérieur a également dû être interrogé sur une autre conversation téléphonique avec Thierry Gaubert, pendant sa garde à vue le 19 septembre.

A propos de cet appel, M. Hortefeux avait déclaré : "Je ne sais pas pourquoi il avait son téléphone avec lui en garde à vue, mais il se trouve qu'il a répondu".

La divulgation de ces écoutes donne lieu en parallèle à une bataille judiciaire entre M. Hortefeux et l'avocat des familles des victimes de l'attentat de Karachi, Me Olivier Morice.

Les familles ont déposé plainte lundi contre l'ancien ministre de l'Intérieur pour "entrave au déroulement des investigations ou à la manifestation de la vérité" et pour "complicité de subornation de témoin".

URL source: http://www.humanite.fr/politique/karachi-gate-hortefeux-entendu-par-la-police-480668

Tag(s) : #Politique