Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les "Fabris" s'arrêtent après l'obtention d'une prime de 12.000 euros !



Après plus d’un mois et demi de combat et une menace de faire sauter leur usine, les salariés de l’équipementier automobile New Fabris se sont résolus vendredi à voter la fin du conflit après avoir obtenu une prime de départ de 12.000 euros pour les 366 employés licenciés.


204 salariés sur 235 ont voté à bulletin secrets pour le protocole de fin de conflit lors d’une assemblée générale, après une dernière réunion à la sous-préfecture où leur a été proposé le relèvement de la prime de départ à 12.000 euros net, au lieu de 11.000 euros brut promis la semaine dernière. Les salariés réclamaient 30.000 euros pour tous.

"Je demande à la minorité de respecter le vote des 204 salariés", a déclaré Guy Eyermann (CGT), porte-parole des salariés après la consultation, alors que ce résultat était accueilli dans un mélange d’abattement et de colère par le personnel de ce sous-traitant de Renault et Peugeot. Six bulletins nuls et un bulletin blanc ont été décomptés.

Les "Fabris", surnommés ainsi à l’instar des "Conti" de Continental dans l’Oise, occupaient leur usine depuis sa liquidation judiciaire le 16 juin. Mi-juillet, ils avaient menacé de la faire sauter avec des bonbonnes de gaz s’ils n’obtenaient pas de Renault et Peugeot une prime de 30.000 euros en plus des indemnités légales de licenciement, fixant comme date limite de négociation le 31 juillet.

"Aujourd’hui c’est fini, on a tout perdu", constatait, amer, un salarié de 44 ans, dont 24 passés chez New Fabris. Des salariés, dont certains étaient venus avec leurs enfants, ont pleuré lors des interventions des syndicalistes, eux-même au bord des larmes.

"Je ne sais pas ce que je vais faire, je vais peut-être monter une petite affaire, avec les 12.000 euros acheter un camion pour faire des livraisons", a confié à la presse M. Eyermann disant sa "déception" et son "impression" d’avoir été "abandonné" par sa "direction syndicale". Il n’a même pas voulu prendre part au vote lors de l’AG, "pour ne pas avoir à dire non".

"La CGT New Fabris est morte, mais nous créons un +comité des privés d’emploi New Fabris+", a-t-il ajouté.

Selon le ministère, l’indemnisation légale de licenciement dont bénéficieront les "Fabris" est comprise entre 17.500 et 19.000 euros. L’aide devrait être financée par le rachat du stock de pièces détachées de l’entreprise par Renault et Peugeot.

Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, avait conditionné les négociations avec les salariés au fait que ceux-ci cessent leurs menaces de faire sauter leur entreprise. Les "Fabris" avaient donc remisé provisoirement leurs bonbonnes de gaz.

Vendredi, Christian Estrosi a estimé "avoir obtenu le maximum d’avancées (indemnités, préretraites…) dans le contexte d’une liquidation judiciaire avec cessation d’activité", et quelques minutes après le vote a salué la "sage décision" des salariés.

Mais à l’instar de Guy Eyerman et de nombreux salariés, Dominique Duval (FO) ne cachait pas son amertume. "Le résultat ne nous satisfait pas, mais nous essayons de partir dignement. Ce n’est pas facile", a-t-il lancé lors de l’AG. Un responsable CFDT, amer lui aussi, a estimé que "l’Etat aura fait un geste, mais pas les constructeurs".

Ce conflit, devenu emblématique de la crise dans l’industrie, s’est achevé dans un climat d’amertume. La prime de 12.000 euros proposée par le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, est loin des 30.000 euros demandée par les salariés.

Cette proposition a néanmoins été acceptée par 204 des 366 salariés. Vingt quatre ont voté contre, il y a eu sept bulletins nuls ou blancs et 131 salariés n’ont pas participé au scrutin.

"Vous pouvez être fier de vous. On pourra se balader à Châtellerault, en France et partout avec la tête haute. On ne s’est pas fait virer comme des merdes", a dit aux salariés le délégué CGT Guy Eyermann avant le vote.

En annonçant les résultats, il leur a lancé : "Je demande que la minorité respecte le vote des 204 personnes. Je déclare aujourd’hui, 31 juillet 2009, la fin de la CGT Fabris. Je souhaite la bienvenue au comité des ’privés d’emplois’ Fabris".

Les ouvriers, qui ont fait visiter l’usine une dernière fois aux journalistes, montrant les machines neuves, étaient pour certains en pleurs. D’autres ont quitté l’usine avant l’annonce.

"C’était 12.000 euros ou rien et, aujourd’hui, rien, on ne peut pas se le permettre", a déclaré à la presse le délégué Force ouvrière Dominique Duval.

L’affaire a confirmé la radicalisation des salariés, manifestés depuis le printemps par des séquestrations de cadres et, plus rarement, par des menaces de destruction.

Selon un sondage Ifop publié vendredi par L’Humanité, 62% des personnes interrogées disent comprendre les séquestrations, 23% les approuvrent, 50% comprennent les menaces de destruction et 16% les approuvent.

Ces conflits embarrassent les syndicats. "Ce sont des modalités d’action que je ne conseillerais pas aux salariés parce qu’elles conduisent à des impasses En même temps, lorsqu’ils les décident démocratiquement, la CGT est avec les salariés", a dit Maryse Dumas, n°2 de la CGT.


http://www.humanite.fr/New-Fabris-la-proposition-de-12-000-euros-net-toujours-minable
Tag(s) : #Politique