Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Société - Article paru le 29 septembre 2008 dans l'Humanité

La région capitale ose décider de son avenir

Île-de-France . Après le vote, jeudi, du schéma directeur régional (SDRIF) sur l’aménagement du territoire, l’épreuve de force est lancée entre le gouvernement et les élus franciliens.

Tout reste à faire… ou presque. Après le vote, jeudi dernier, du schéma directeur régional de l’Île-de-France (SDRIF) par le conseil régional, il faut maintenant passer à sa mise en oeuvre. Et c’est là où les choses se compliquent. En particulier à cause de la volonté de Nicolas Sarkozy et de son secrétaire d’État au Grand Paris, Christian Blanc, d’imposer leur point de vue sur la région capitale.

Voilà plus de quatre ans que la concertation a été lancée « avec les départements, les villes, l’État et l’ensemble des partenaires du monde économique, social, syndical, professionnel », rappelle Mireille Ferri, vice-présidente de région, en charge du schéma directeur. Le tout, précise son président, le socialiste Jean-Paul Huchon, « avec la volonté de construire une région solidaire », ce qui, ajoute-t-il, « n’est pas une conception partagée par tous ».

Elle l’est en tout cas par les élus communistes, dont le représentant, Gabriel Massou, explique : « Le schéma permet un développement économique favorisant la cohérence sociale et territoriale ; il permettra aussi de s’attaquer aux inégalités, tout en s’inscrivant dans le cadre d’un développement durable. »

Six départements l’ont approuvé

De fait, les orientations du schéma en faveur d’un développement économique multipolaire - et pas seulement sur un ou deux territoires emblématiques -, ses engagements pour la construction de 60 000 logements par an avec l’objectif de 30 % d’offre sociale par ville, la modernisation des transports en commun, en particulier de banlieue à banlieue avec Arc Express… et son élaboration dans la transparence, lui ont donné un large soutien. Ainsi, six départements, sur les huit que compte l’Île-de-France, l’on approuvé, tout en demandant dans une déclaration sa mise en oeuvre urgente pour répondre aux besoins de leurs territoires. De même, le vote du conseil régional a rassemblé, outre l’ensemble des élus de gauche, ceux du Modem. « Ce vote est aussi un non à la remise en question de la décentralisation et de la légitimité des délibérations du conseil régional », explique ainsi le responsable centriste, Bernard Lehideux. Car les menaces sont là.

Roger Karoutchi, chef de file régional de l’UMP, avait même réclamé un ajournement du vote sur le SDRIF, pour « trouver un accord entre la région et le gouvernement ». Mais son collègue Christian Blanc intervenant le lendemain devant les élus du conseil général des Hauts-de-Seine expliquait sa volonté d’imposer le point de vue de l’État pour l’Île-de-France. S’inscrivant dans les priorités définies par Nicolas Sarkozy de faire de la région capitale une des premières places économiques et financières du monde, Christian Blanc a déjà fustigé le « manque d’ambitions économiques » du SDRIF. Et annoncé pour la fin de l’année la présentation de ses propres projets, à Saclay (au sud), ou la Plaine de France (au nord). Pour début 2009, le ministre promet même son propre « schéma directeur », qui définira ses « priorités pour la région ». Le tout élaboré, de son propre aveu, dans le secret. « Nous avons fait en sorte que le contenu ne se sache pas, pour créer l’événement », indique Christian Blanc.

Une nouvelle gouvernance ?

Les élus régionaux, de gauche comme de droite d’ailleurs, ne goûtent guère ce suspense ministériel et cette désinvolture à leur égard. D’autant qu’à ce « contre-SDRIF », s’ajoute pour fin 2009 le projet d’une nouvelle gouvernance pour la région. Objectif affiché : rompre avec le Code napoléonien et « l’uniformité organisationnelle du territoire national ». Le vote du schéma directeur n’apparaît donc que comme l’un des premiers épisodes d’un bras de fer entre la région et le tandem Sarkozy-Blanc. Un bras de fer, surtout, entre deux visions différentes de l’avenir de la région capitale.

Max Staat

Tag(s) : #Société