Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Politique - Article paru le 28 juin 2008 dans l'Humanité

Longues maladies : la Sécu fait marche arrière

Protection sociale . La direction de l’assurance maladie a retiré hier sa proposition de déremboursement touchant les patients atteints d’affections de longue durée.

Face au tollé provoqué par l’annonce du déremboursement de certains médicaments dits de confort prescrits aux malades en affection longue durée (ALD), le directeur de l’assurance maladie se rétracte. « À la suite de la demande du conseil de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM), le directeur a décidé de retirer les mesures sur les ALD des propositions concernant 2009 », a indiqué hier la CNAM.

Le directeur de cette institution, Frédéric Van Roekeghem, avait en effet proposé mardi un plan d’économies comportant notamment une baisse du remboursement de 100 % à 35 % des médicaments à vignette bleue pour les malades en ALD (cancer, diabète, etc.). Il proposait que les 65 % restants soient pris en charge par les complémentaires santé. Le plan prévoyait également une « gestion rénovée de la liste des ALD » qui pourrait « conduire à en réserver le bénéfice aux pathologies qui sont véritablement longues et coûteuses ».

Vive polémique

Ces mesures, qui devaient représenter une économie de 250 millions d’euros pour l’assurance maladie, s’inscrivaient dans un plan plus global de 3 milliards d’économie pour 2009, proposé au gouvernement dans le cadre de la préparation du projet de loi de financement de la Sécu (PLFSS) pour 2009. Après une vive polémique, y compris dans la majorité, le conseil de la CNAM a demandé à l’unanimité que ces propositions soient retirées du plan. L’Union nationale des organismes d’assurance maladie complémentaire (UNOCAM) a formulé la même demande, réclamant « une concertation sérieuse ». Le vote prévu le 3 juillet du conseil de l’UNCAM portera donc sur le plan d’économies, qui concernera notamment la maîtrise des prescriptions médicales et des prix des médicaments, sans les propositions sur les ALD. Lequel sera ensuite transmis au gouvernement.

Sentant le vent tourner, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, avait affirmé avant-hier qu’il n’était « pas question de revenir sur la prise en charge à 100 % des malades en ALD ». Affirmation relayée par Xavier Bertrand, ex-ministre de la Santé, qui, depuis, s’est félicité de « la décision de la direction générale de la CNAM ».

A l’équilibre en 2011

Pourtant, en début de semaine, le gouvernement ne s’était pas spécialement offusqué de l’annonce de Van Roekeghem. Loin de là. Le ministre du Budget, Éric Woerth, avait d’ailleurs précisé qu’il ne s’agissait que de « propositions ». « Si on veut un modèle français de Sécurité sociale durable, il faut l’équilibrer. On s’est fixé comme équilibre 2011 », avait-il fait savoir. Traduction : le gouvernement n’entend pas s’arrêter dans la lutte contre le déficit de la Sécurité sociale. La réforme des ALD, qui concentrent plus de 60 % des dépenses de l’assurance maladie, reste donc dans les tuyaux du gouvernement. C’est d’ail-leurs ce que veut le chef de l’État, qui avait affirmé en septembre dernier : « Concernant les affections de longue durée, je souhaite que nous concentrions nos efforts sur la prise en charge de ce qui est essentiel. »

Alexandra Chaignon

Tag(s) : #Santé