Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une forêt de la taille de New York supprimée en Amazonie brésilienne

dimanche 29 juin 2008
 

Notre-planete.info 26/06/2008

Les champs de soja remplacent la forêt dans le Mato Grosso

En un mois seulement, une région forestière équivalente à la taille de New York a été rasée dans la forêt tropicale amazonienne - un développement « alarmant » et « pire que prévu » d’après une déclaration du gouvernement Brésilien.


Au moins 1 123 km2 ont été déboisés au Brésil en avril 2008. C’est huit fois plus que les 145 km2 détruits le mois précédent, d’après les données publiées début juin par l’INPE, Institut National Brésilien de Recherche qui surveille l’Amazonie. Ces résultats laissent entendre que le taux de déforestation s’est accéléré d’après l’INPE.

Entre août 2006 et août 2007, 4 974 km2 avaient été détruits. D’août 2007 à avril 2008, ce taux a grimpé à 5 850 km2. « Cette situation est très alarmante. Avec les chiffres que nous avons, nous pouvons être sûrs qu’il y a une nette augmentation de la déforestation de l’Amazonie, » a déclaré le directeur de l’INPE, Gilberto Camara. « Le processus de déforestation est plus intense que nous ne l’avions imaginé »

Des systèmes de dépistage

Les chiffres sont basés sur les données du satellite Deter, un système qui utilise des images à faible résolution pour saisir de fréquents instantanés de la région.

Deter, qui fournit des rapports mensuels depuis 2004, ne mesure pas l’extension totale de la déforestation, mais indique plutôt les tendances et alerte les autorités si une menace existe.

Les taux de déforestation sont montrés par un autre système, Prodes, qui est basé sur des images haute-résolution de la saison sèche et détecte deux fois plus d’informations que Deter.

Les données collectées par Prodes ne sont publiées qu’une fois par an et la prochaine publication est prévue pour décembre.

Bien que les satellites aient pu détecter une plus grande destruction en avril à cause d’une faible couverture nuageuse, l’augmentation de la déforestation a été plus grande que le gain en visibilité. L’INPE a calculé que sur les vingt dernières années, une zone équivalente à la superficie d’un terrain de football a été déboisée en Amazone Brésilienne toutes les dix secondes.

Un total de 700 000 km2 a déjà été abattu, dont plus de la moitié depuis 1988, quand le groupe a commencé la surveillance de la forêt.

A l’origine, l’Amazone Brésilienne s’étirait sur 4 millions de km2.

On défriche pour du soja

Il y a trois raisons à l’augmentation actuelle, selon les experts. Le Brésil produit des denrées vendues au prix fort, il y a une longue période sèche et en plus, 2008 est une année électorale, durant laquelle certains gouvernements locaux ralentissent les mesures pour arrêter la déforestation.

En avril, 70 % des dégâts se sont produits dans l’Etat de Mato Grosso. Le gouverneur de l’Etat, Blairo Maggi, est l’un des plus gros producteurs de graines de soja. Maggi a déclaré aux médias locaux que la production de graines de soja pourrait remédier à la crise alimentaire mondiale.

Mais le soja n’est qu’une partie du problème, d’après Marcelo Furtado, directeur de Greenpeace Brésil. « C’est un cycle intégré. D’abord, ils abattent le bois pour le vendre, ensuite ils font paître le bétail et enfin ils sèment des céréales, » selon Furtado.

Un débat politique

Les données tombent également au milieu d’une agitation politique en ce qui concerne le leadership environnemental Brésilien.

En mai, la Ministre de l’Environnement Marina Silva aurait, d’après certaines informations, démissionner de son poste à contre-cœur. Elle aurait eu des difficultés à faire avancer les initiatives environnementales du gouvernement, d’après un bulletin d’informations.

Le nouveau Ministre de l’Environnement, Carlos Minc, a déclaré qu’il n’y a aucun répit en vue pour les forêts brésiliennes. « C’est encore pire que ça en a l’air. Les mois critiques en matière d’abattage des arbres (traditionnellement juin, juillet et août) ne sont pas encore passés » a-t-il déclaré. « Nous ne voulons pas pleurer sur l’abattage de la jungle. Nous allons agir, le temps presse. »

http://internationalnews.over-blog.com/article-20840511.html

----------
Collectif Bellaciao
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article68364

Tag(s) : #Monde