Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Politique - Article paru le 29 avril 2008 dans l'humanité

Les syndicats rejettent le projet

La CGT appelle à une riposte unitaire lors des défilés du 1er Mai. Réunion intersyndicale ce soir sur une initiative nationale interprofessionnelle.

Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT :

« Les mesures du gouvernement sont gravissimes pour les salariés et l’avenir de leurs retraites (…). Au final, il faudra travailler plus, plus longtemps pour gagner moins, d’où un ensemble de mesures destinées à cumuler plus systématiquement emploi et retraite » (…) estimant que le gouvernement, « de fait, fait disparaître le droit » à la retraite à soixante ans. « Il y a une diminution du niveau des retraites, des pensions, qui appelle à repenser le système de financement des retraites. Or, aujourd’hui, le gouvernement n’emprunte pas de voies nouvelles pour assurer le financement des retraites, il demande toujours plus de sacrifices aux salariés ». Il a appelé à une mobilisation unitaire le 1er Mai.

Gaby Bonnand, secrétaire de la CFDT :

« Le passage à 41 ans n’est pas d’actualité, les conditions ne sont pas réunies, même si nous ne sommes pas hostiles par principe à un allongement de la durée de cotisation. »

Jacques Voisin, président de la CFTC :

« Il ne peut pas y avoir de prolongation de la durée de cotisation sans que les autres questions soient regardées. Tant qu’on n’a pas fait le tour des autres solutions sur les recettes, le financement, la question de la pénibilité, nous rejetons l’allongement de la durée de cotisation. » Il s’est déclaré « favorable » à une action unitaire « pour faire bouger les choses ».

Bernard Van Craeynest, président de la CFE-CGC :

Le texte « reste un document d’orientation, et il n’y a pas de mesures concrètes qui permettent d’envisager qu’on va atteindre les objectifs. Tout reste à construire, et il nous semblait essentiel de fixer un objectif à 2010 pour mesurer la productivité des mesures en question. »

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO :

« J’ai expliqué à différentes reprises que 41 ans de cotisation, ça conduisait à travailler plus pour gagner la même chose, ou moins (…). Dans le schéma qui nous a été distribué, qui s’en sort bien ? Le patronat. On ne demande rien aux entreprises (…) Ça conduit progressivement à aller vers un système de retraite individuelle. Quand vous mettez des surcotes, des décotes, vous mettez des bonus, on va vers une logique individuelle. » Dans ce contexte, Jean-Claude Mailly a jugé nécessaire une mobilisation de l’ensemble des organisations syndicales.

Jean-René Buisson, du MEDEF :

« Un certain nombre de mesures ont été confirmées par Xavier Bertrand, comme les 41 ans. Ça nous paraît effectivement un minimum (…). Nous avons eu la certitude que la dispense de recherche d’emploi allait être supprimée. Ça nous paraît effectivement un élément important, positif, pour que l’emploi des seniors s’améliore. »

Jean-François Roubaud, président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) :

« C’est un projet qui est globalement bien équilibré où l’emploi des seniors est mis en avant, les pensions de réversion, le minimum de retraite (…). Ça me paraît être un bon projet. »

PCF :

« Nicolas Sarkozy prétend que l’allongement de l’espérance de vie impose pour seule et unique solution d’allonger la durée de cotisation. Derrière une apparence bêtement logique se cache une dramatique impasse. 50 % des retraités touchent une pension inférieure au SMIC, les salariés ont de plus en plus de mal à atteindre le nombre d’années de cotisations et enfin, l’espérance de vie d’un cadre est supérieure à celle d’un ouvrier. Ces statistiques démontrent que le gouvernement conduit la France vers la fin pure et simple du régime de retraite. »

François Hollande, premier secrétaire du PS, interrogé sur le passage à 41 ans de cotisation, a déclaré :

« Si on a du travail jusqu’à la période qui permet de partir en retraite avec ses droits pleins, alors oui, pourquoi pas ? Sauf que là, le préalable, c’est le travail des seniors. » Et il a poursuivi : « On peut allonger la durée de cotisation à 41 ans, 42 ans, mais si au-delà de 55 ans vous n’êtes pas en situation d’allonger vos droits, vous aurez une diminution de votre niveau de pension. C’est un marché de dupes. »

Tag(s) : #Politique