Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ingrid Bétancourt, toujours l'attente

L’avion « médicalisé » envoyé en Guyane dans l’hypothèse d’une libération prochaine d’Ingrid Bétancourt est reparti dimanche. Les autorités françaises n’ont pas apporté de nouvelles précisions sur un possible dénouement si ce n’est qu’un autre Falcon est prêt à décoller "à tout moment".

L’inquiètude est à son comble dans l’entourage de la Franco-Colombienne. Des nouvelles alarmantes sur son état de santé sont parvenues dans la dernière période.

Un Falcon 900 de la République française s’était posé vendredi soir sur un aéroport près de Cayenne en Guyane en se tenant prêt à accueillir Ingrid Betancourt dans l’hypothèse où l’otage franco-colombienne serait libérée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Dimanche, l’avion a quitté la Guyane. L’Elysée a annoncé qu’à partir de lundi, un avion médicalisé, un autre Falcon basé cette fois en métropole à Villacoublay, se tiendra « prêt à tout moment » à décoller pour aller récupérer et soigner l’otage.

Ces signes d’un dénouemenyt possible ne viennent pas pour autant rassurer l’entourage d’Ingrid Bétancourt. Son ex-mari, Fabrice Delloye craint ainsi qu’elle ne « soit en train de mourir, ou soit déjà morte ».

« Je me demande si Bogota ne dispose pas d’informations que nous n’avons pas et s’ils ne sont pas en train d’ouvrir le parapluie » pour se couvrir, a-t-il indiqué samedi, faisant référence aux déclarations inquiétantes du gouvernement colombien, la veille, sur la santé de la captive, décrite comme « très malade et extrêmement fragile ». La Franco-colombienne, qui souffrirait d’une hépatite B et de malnutrition, a, ainsi, été soignée par la guérilla dans un poste médical à la fin du mois dernier.

Autre source d’inquiétude pour les proches d’Ingrid Betancourt, le procureur général de Colombie, Mario Iguaran, a jeté la trouble samedi en indiquant que la proposition d’échange humanitaire de plusieurs rebelles des Farc, emprisonnés par Bogota, contre l’ancienne sénatrice est illégale.

En clair, les Farc doivent libérer tous leurs otages pour que la Colombie remette en liberté leurs hommes détenus. Ceux que ces derniers refusent. Ils réclament la libération de 500 guérilleros en échange de celle d’un groupe de 39 otages dits « politiques », dont Ingrid Betancourt.

http://www.humanite.fr/Un-Falcon-attend-Ingrid-Betancourt-en-Guyane

Tag(s) : #Monde