Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Société - Article paru le 29 novembre 2007 dans l'Humanité

 

Une vidéo amateur relance la polémique sur l’accident

Villiers-le-Bel . Nicolas Sarkozy a annoncé l’ouverture d’une information judiciaire sur les circonstances de la mort des deux adolescents.

Un relatif calme prévalait hier matin à Villiers-le-Bel, après deux nuits d’émeutes, dimanche et lundi, provoquées par le décès de deux adolescents, suite à la collision entre leur mini-moto et une voiture de police. Cette petite commune du Val-d’Oise, quadrillée par un imposant service d’ordre, continue d’exiger que « vérité soit dite » sur les circonstances de la mort de Lakamy Samoura (seize ans) et Mohsin Sehhouli (quinze ans). D’autant qu’une vidéo amateur, selon le Monde, vient contredire la thèse de l’Inspection générale de la police (IGPN) selon laquelle l’état du véhicule impliqué dans l’accident ne traduit pas la violence du choc mais s’explique par des dégradations commises ultérieurement à coups de barre de fer.

Sans doute cette information a-t-elle obligé Nicolas Sarkozy à annoncer aux familles des victimes, reçues à l’Élysée, qu’une information judiciaire allait être ouverte pour élucider ce point décisif de l’affaire. Une décision saluée comme un geste « de justice et d’apaisement » par leur avocat, Jean-Pierre Mignard, y voyant la condition d’une enquête impartiale. Elle permettra « aux parents des victimes et à leurs avocats de participer activement à la connaissance de la vérité », déclarait-il à l’issue de l’entrevue avec le président de la République.

le débat sur les banlieues relancé

Le chef de l’État s’est également rendu, hier matin, au chevet de policiers blessés, certains par des tirs de fusil, lors des affrontements avec des émeutiers. « Ceux qui prennent la responsabilité de tirer sur des fonctionnaires se retrouveront devant la cour d’assises. Cela porte un nom, c’est une tentative d’assassinat », a promis Nicolas Sarkozy de l’hôpital d’Eaubonne, dans le Val-d’Oise.

La flambée de violence, à Villiers-le-Bel, a, une fois de plus, relancé le débat sur les banlieues populaires, majorité et opposition se reprochant d’avoir échoué depuis vingt-cinq ans à relancer la politique de la ville et tenter de s’attaquer aux problèmes des cités et quartiers ghettos. Il faut bien dire que, malgré la gravité des événements de fin 2005, après la mort de Zyed et Bouna, décédés à Clichy-sous-Bois, aucune décision politique gouvernementale d’envergure n’a été prise. Installé depuis six mois à l’Élysée, le chef de l’État vient tout juste de communiquer que son gouvernement travaillait « d’arrache-pied », selon son porte-parole, pour présenter, le 22 janvier, son plan en faveur de ces zones dépourvues de droits sociaux.

marche silencieuse aujourd’hui

Réunissant, hier, le premier ministre, ainsi que les ministres intéressés par le dossier, il n’a pas annoncé de mesures mais dit prendre l’engagement de mettre en oeuvre à cette date « le plan respect-égalité des chances », piloté par la secrétaire d’État Fadela Amara.

En attendant, une marche silencieuse est organisée aujourd’hui à Villiers-le-Bel, en mémoire des deux adolescents, dont les obsèques se dérouleront plus tard dans leurs pays d’origine, au Maroc et au Sénégal.

Mina Kaci

Tag(s) : #Politique