Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Glossaire à discuter

Mouvement (réel)

"Pour nous, le communisme n’est ni un état de choses qu’il convient d’établir, ni un idéal auquel la réalité devra se conformer. Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l’état actuel des choses. Les conditions de ce mouvement résultent des données préalables telles qu’elles existent présentement." Marx

Avant Marx, le mouvement réel d’abolition de l’état actuel des choses se produit continûment et spontanément, personne n’en est l’acteur, le sujet. L’essentiel de ce mouvement appartient à l’inconscient social. Jusqu’à ce que la classe sociale exploitée, la classe prolétaire, prenne conscience, grâce à Marx, de cette exploitation et de ses propres besoins d’émancipation, en particulier par l’abolition de la propriété privée des moyens de production et d’échange.

Prolétaire

Nom formé à partir de deux éléments latins : - "proles", qui signifie " l’ensemble des enfants de la race, de la lignée" - "-arius ", suffixe d’adjectif.

L’adjectif latin "proletarius", substantivé, désigne "un citoyen de la dernière classe sociale". D’après son étymologie, ce mot signifie donc "(celui) qui ne possède que ses enfants pour toute richesse". Marx l’utilise pour désigner une classe sociale (la classe prolétaire) opposée antagoniquement à la classe bourgeoise (possédant les moyens de production et d’échange, et donc la capacité d’acheter la force de travail au prix fixée par elle) et les membres de celle-ci (par extension, ceux qui n’ont que leur force de travail à vendre). Tout salarié, par définition vend sa force de travail et n’a que celle-ci à vendre... Donc le prolétariat est actuellement l’ensemble des salariés (exclure ceux qui sont en même temps actionnaires, ouverture possible juridiquement mais ne représente que quelques pourcents des salariés, encore que la distribution gratuite d’actions tente d’élargir ce nombre et brouille les frontières du prolétariat, pour favoriser la collaboration de classe ?).

Mouvement (social)

Tous les changements qui se produisent dans la société sous l’effet des évolutions techniques, politiques, culturelles ou des événements naturels. Il n’y a pas de sens particulier à ce mouvement, c’est un ensemble énorme de facteurs divers qui interagissent les uns avec les autres de manière aléatoire et qui produit des effets de type darwinien sur toutes les entités vivantes ou sociales.

Classe sociale

Une classe sociale regroupe toutes les catégories de travailleurs qui sont dans un même rapport au regard du mode de production dominant. Dans une société capitaliste, les classes sociales principales sont la classe bourgeoise et la classe prolétaire, en opposition antagonique. Mais l’évolution actuelle de la société, sous la pression du capitalisme mondialisé et financier ("institutionnel" désormais), fait que les ouvriers ne sont plus les seuls à être exploités : quasiment la totalité des salariés (dans la mesure où ce statut est devenu majoritaire sous la pression des syndicats ouvriers afin qu’un statut moins précaire remplace le paiement à l’heure ou à la journée...) est concernée soit de manière directe (pour ceux qui sont intégrés dans la chaîne de production de valeur) soit indirecte, quand ils contribuent de manière plus ou moins lointaine à la reproduction de la force de travail, à son entretien et à son développement, limités aux stricts besoins du procès de production capitaliste. Il en est de même pour les fonctionnaires des collectivités territoriales (fonctions d’aménagement et d’entretien des parties collectives) et des salariés sous statut des entreprises publiques (production de biens communs). Aujourd’hui, l’organisation de la classe prolétaire doit s’adresser à tous les salariés en contrat, hors emploi, hors ou sous statut, privés ou publics... Ils sont en effet touchés directement ou indirectement par l’exploitation capitaliste (la réduction dans la fonction publique des salaires et du nombre de salariés constitue aussi une modalité de l’exploitation capitaliste, par exemple).

Force communiste

Force qui pousse à la mise en commun (socialisation) et qui s’oppose à l’appropriation privée ou personnelle des moyens de production, d’échange, de connaissance. Cette force tend à la réduction de la consommation des ressources pour une production donnée, à l’opposé de la réduction des "coûts" recherchée par le capitalisme au prix de gaspillages de tous ordres, de prédation ou irrationnels. Cette force de mise en commun (communiste) pousse à l’innovation véritable pour répondre aux besoins d’émancipation personnelle et sociale.

Conscience communiste

Elle comprend la conscience explicite : - De l’exploitation (directe et indirecte) du travail des salariés ; - Du dépassement du capitalisme ; donc, se déclare pour les : - luttes contre l’exploitation, les dominations, les discriminations ; - luttes pour l’égalité, la justice (sociale), la solidarité ; - luttes pour l’émancipation personnelle et sociale.

Communiste (conscient et inconscient)

Les personnes, conscientes de ce mouvement réel de dépassement du capitalisme et du processus communiste qui se déroule grâce à et à cause de leur action, forment "de fait" le parti communiste, par définition universel. Mais certaines personnes sont inconscientes d’être communistes, car leur éducation vient contredire ce qu’ils ressentent personnellement à l’égard de l’exploitation et du dépassement du capitalisme, alors que leurs actes vont dans le sens de la force communiste.

Parti communiste - parti des communistes

Le parti communiste est le rassemblement de tous les communistes conscients. Mais du fait de l’histoire et de la prise de conscience lente et partielle, il se trouve divisé en une multitude de partis et d’organisations, ce qui n’aide pas évidemment à la prise de conscience communiste et au rassemblement de ceux-ci. Parti : indispensable pour contribuer à la démocratie et à la formation de l’opinion publique.

Processus communiste

Le processus communiste est celui que mène le parti communiste, il doit être conduit pour être efficace et se centrer sur les points qui sont jugés cruciaux en ce qu’ils sont accessibles, stratégiques et concernent le plus grand nombre (cf. "Changement limité mais considérable" Balint). Un processus suppose un suivi de son avancement et de la vérification de ses résultats (ainsi qu’une évaluation de ses risques).

Intellectuel collectif

Aujourd’hui avec internet nous avons la possibilité de concrétiser comme jamais l’intellectuel collectif de la force communiste.

Programme de parti et programme électoral

Le programme du parti communiste est la définition des objectifs au sein du mouvement réel de la société : soutenir, développer le neuf qui chasse l’ancien et le dépasse. Ce programme existe et représente la détermination concrète de tous les communistes militants. Le programme électoral est le résultat des alliances que le parti communiste conclut avec d’autres forces et mouvements pour parvenir à gagner des majorités qui mettent en oeuvre les objectifs les plus élevés du moment. Ce programme est un sous-ensemble du programme du parti, même si au cours des négociations d’alliances, des idées nouvelles peuvent émerger et ensuite être intégrées dans le programme du parti.


De : JeanNimes
mardi 17 juillet 2007
Tag(s) : #DEBAT après le 17 juin 2007