Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LES IMPOTS SUR LES REVENUS 2006 NE SONT PAS EN BAISSE... POUR TOUS, SAUF POUR LES RICHES

LA FAUSSE BONNE NOUVELLE DE LA BAISSE DES IMPÔTS 2006 !!! On nous avait promis et annoncé à grand renfort de tambours une baisse de nos impôts 2006. Or, il faut se rendre à l’évidence, on nous a menti par omission ou volontairement en noyant le poisson pour mieux nous administrer le poison. Ce qui est vrai pour les riches, n’est certainement pas vrai pour les salaire moyens voire pour les bas salaires. Après vérifications auprès de plusieurs personnes ayant la même situation, je me suis rendu compte que non seulement les impôts sur le revenu 2006 n’étaient pas en baisse mais en forte hausse. A l’appui de cette affirmation, il y a deux éléments importants qui entrent dans le calcul de l’IRPP 2006, et qui ont été modifiés ou supprimés : l’abattement de 20 % sur les salaires qui n’existe plus, mais qui se retrouverait soi-disant dans le barème d’imposition – les tranches étant plus larges et réduites au nombre de 4 -, et la suppression de la réduction d’impôt pour les intérêts de prêts à la consommation (qui concerne environ deux français sur trois, et souvent les plus modestes), en vigueur en 2004 et 2005. Prenons mon cas : une personne qui a gagné 24445 euros en 2005, et 26380 euros en 2006, soit une augmentation de salaire de 7,9 %. Cette personne qui bénéficie de plusieurs contrats CDI à temps partiel, effectue de nombreux kilomètres et déclare des frais réels conséquents de 6171 euros en 2005, et de 6165 euros en 2006. Par ailleurs, elle bénéficie d’une part et demi. En 2005, elle a bénéficié d’une réduction de 150 euros au titre des intérêts de prêts à la consommation (pour 1560 euros de déclaré), de 20 euros pour déclaration en ligne, et de 13 euros au titre de dons à des œuvres. En 2006, la réduction d’impôts pour intérêts de prêts à la consommation n’existant plus elle n’a pas bénéficié de ces 150 euros (alors qu’elle a toujours des prêts à la consommation), mais uniquement de 20 euros pour " déclaration en ligne et moyen de paiement automatique ". – En 2005, son IMPÔT SUR LES REVENUS SOUMIS A BAREME était de : 744 euros (revenu imposable de 14619 euros) ; – En 2006, son IMPÔT SUR LES REVENUS SOUMIS A BAREME sera de : 939 euros (revenu imposable de 20215 euros ! + 38,28 %), soit une hausse de l’impôt de 26,21% (alors que la suppression de l’abattement des 20% devait se retrouver dans le barème !) Et si on tient compte de la suppression de la réduction d’impôts pour les intérêts de prêts à la consommation, on obtient : – IMPÔT, NET A PAYER EN 2005 = 526 euros (rectifié à 539 euros, si on ne tient pas compte de la réduction de 13 euros au titre des dons aux œuvres, ne figurant pas en 2006) – IMPÔT, NET A PAYER EN 2006 = 919 euros

soit une très forte augmentation de 70,5 %, pour une augmentation de salaire 7,9 % …

Il ne s’agit pas ici de savoir si la personne paye ou ne paye pas assez d’impôts (il faut tenir compte des frais qui sont engagés) mais de constater que le gouvernement nous a fait croire – quelles que soient nos opinions politiques – que nos impôts allaient baisser, alors que c’est faux, pire que cala, c’est de l’escroquerie et de la malhonnêteté intellectuelle. J’ai évoqué cet exemple avec le direction régionale des impôts de mon département et force leur a été de constater que mon calcul était tout a fait juste et cohérent et que mes observations se justifiaient.



De : André-Jean LOCUSSOL-MASCARDI
vendredi 29 juin 2007

Tag(s) : #Economie