Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La précarité alimentaire arme de domination ?

L’effet éthanol aux Etats-Unis a fait monter les prix d’une bonne quantité de produits alimentaires, comme les céréales et la volaille.

Malgré les énormes subventions apportées à l’agriculture [états-unienne], financées par les contribuables, les prix du maïs et des tortillas ont augmenté très vite. L’un des facteurs c’est que les industriels commencent à utiliser les variétés de maïs mexicain qui sont meilleur marché. Cela fait monter les prix, mais pas forcement chez les producteurs mexicains, dont le revenu baisse.

Le Mexique auparavant autosuffisant sur le plan alimentaire est devenu dépendant des Etats-Unis du fait de la politique de " libre échange ". Le prix du maïs augmentant aux Etats-Unis, sous la pression des grandes entreprises et de par l’interventionnisme de l’Etat, on peut anticiper que les prix continueront d’augmenter de façon drastique au Mexique.

De la même façon, dans le sud-est asiatique, les forêts tropicales sont taillées et brûlées pour produire de l’huile de palme destinée aux biocombustibles. Et aux Etats-Unis l’environnement est menacé par l’utilisation de grandes quantités d’intrants dans la production de maïs pour d’éthanol.

Le prix élevé de la tortilla, comme les autres soubresauts de " l’ordre international ", montre le lien qui existe entre les événements du Moyen-orient au Midwest [" Moyen Occident ", région centrale des Etats-Unis]

Surtout quand on sait que l’usage intensif des plants OGM accélère la désertification aussi bien aux USA qu’en Indonésie, Chine, Egypte etc., réduisant les productions alors que la sécheresse en Australie entraîne une baisse de près de 50% des récoltes.

L’Europe résistant encore à la généralisation OGM, est le dernier espace ou la production agricole semble assurer durablement l’autosuffisance. Mais pour combien de temps ? Les dernières initiatives de la Commission Européenne : "L’agriculture bio, ce ne sont pas seulement quelques baba-cools soixante-huitards qui élèvent des chèvres dans un coin perdu du Périgord. Ce sont également de grands groupes agro-alimentaires, soit spécialisés, soit généralistes tels que Danone.

Et l’une des préoccupations de ces groupes, c’est d’avoir le label bio, mais sans se faire suer à faire du bio : c’est lourd, c’est contraignant, le rendement n’est pas terrible, ... Mais il y a de plus en plus de primes.

D’où, fort logiquement, des actions de lobbying auprès des autorités européennes et plus particulièrement de la Commission Européenne.

Celle-ci vient donc de pondre une directive qui autorise jusqu’à 0,9% d’organismes OGM dans l’alimentation bio et qui autorise l’usage des pesticides chimiques si l’agriculteur n’arrive pas à se fournir en produits naturels.

Problème pour la Commission, c’est que les députés du Parlement Européen vient de refuser ces dispositions : zéro pesticide et pas plus de 0,1% d’OGM dans la bouffe bio (limite technique de détection). Ils demandent également la codécision sur la réglementation des produits biologiques, ce que leur refuse la Commission Européenne et le Conseil Européen. Ils ont également demandé que les Etats puissent avoir des normes plus élevées que les normes minimales européennes : là aussi, grincement de dents à la Commission. Bref, c’est un beau blocage, mais avec un avantage à la Commission qui a des possibilités de passage en force.

Ca ne vous choque pas que le Parlement Européen, composé d’élus au suffrage universel direct soit obligé de négocier avec des fonctionnaires non élus ? Elle est où la démocratie là dedans ?

Sauvons la bio : manifestation le 11 Juin à Bruxelles !à 12h au Rond Point Schuman, face au Conseil de l’Union Européenne :

ce Conseil se réunira à Bruxelles les 11 et 12 juin prochain. Malgré la mobilisation de nombre d’associations, il n’est à ce jour pas question encore de crier victoire. Les parlementaires européens se sont exprimés. Il est impératif de faire entendre notre voix de citoyen, que nous soyons consommateurs ou agriculteurs, bio invétéré ou simplement soucieux de la qualité de notre alimentation et de notre environnement.

Si ce règlement est voté ce mois, il entrerait en application après 2009. Il ne sera alors plus possible de faire marche arrière.

Nature & Progrès (Belgique, France, Espagne & Portugal) avec le soutien de Friends of Earth International, et de l’UNAB

Il semblerait donc que La précarité alimentaire soit en train de devenir une arme de domination a l’encontre de toute l’humanité ? Et que la pénurie organisée va entraîner une inflation généralisée de tous les produits alimentaires même en Europe.

Pour le développement des circuits courts a base de production bio, une possibilité est de freiner l’urbanisation en gelant les terres agricoles a proximité des agglomérations. Vaste chantier qui ne figure dans aucun programme ?


De : agriculture
jeudi 31 mai 2007

http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article10449http://vinaigre.canalblog.com/
Tag(s) : #Environnement