Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sécurité sociale. Un enjeu de société encore et toujours d’actualité

Rassemblement hier soir sur le Vieux-Port pour célébrer les 70 ans de l’institution née sous l’impulsion du Conseil national de la Résistance.

Pas de nostalgie. Drapeaux levés, regards tournés vers l’avenir, hier soir sur le Vieux-Port, près d’une centaine de personnes ont fêté les 70 ans de la Sécurité sociale. « On aurait espéré une grande fête républicaine », commente Pierre Dharréville, Secrétaire de la fédération du PCF 13, co-organisatrice de ce rassemblement. « Ce n’est pas un hasard s’il ne s’est presque rien passé. La République est en crise. »

Certes, il y a un mois, le Ministère des Affaires sociales et de la Santé proposait une rencontre nationale à la Maison de la mutualité. L’événement s’est tenu en présence de spécialistes et de représentants des partenaires sociaux. Mais cette célébration semble cacher d’autres réalités. Les attaques contre l’héritage issu du Conseil national de la Résistance (CNR) sont nombreuses : exonérations de cotisations des entreprises, déremboursements de médicaments, faiblesses des prises en charge des frais de certains soins (dentaires ou ophtalmologiques), allongement de la durée de cotisation pour les retraites… « Des jeunes sont obligés de refuser de se soigner », dénonce Tom Orofino, Président de l’Unef Aix-Marseille, qui se dit cependant prêt à en découdre : « On est là, jeunes, retraités et travailleurs. »

Rappel de l’Histoire

À son tour, Marius Carbuccia (Jeunesse communiste) prend le micro. Il rappelle les origines de la Sécurité sociale, avant d’évoquer le nom d’Ambroise Croizat, ouvrier métallurgiste et Ministre, qui signa, en octobre 1945, les ordonnances qui ont posé ses principes. « Mais le problème, c’est que les gens ne savent pas ce que c’est », soupire Michel Prudent, un retraité. « Dans un livre d’histoire de mon petit-fils, j’avais même lu que la Sécu était née due à l’État Providence ! Comme si c’était une affaire de curés. »

Si miracle il y a eu, il s’explique surtout par les règles instaurées en 1945. « À l’époque, c’était géré par les ouvriers », poursuit le militant. « En 70 ans, il s’en est passé des choses. Les syndicats patronaux comme le Medef n’existaient pas. Ça change tout », se désole, quant à lui, Jean-Marie Angeli, Secrétaire du syndicat CGT des salariés de la CPAM 13. Si bien que la Sécurité sociale est aujourd’hui soumise aux lois du marché. À commencer par celles imposées par l’Europe libérale.

Mais que savent les citoyens aujourd’hui de cette vieille dame de 70 ans ? « La Sécu, c’est pas seulement l’Assurance maladie », insiste Martine Bouillol, une ancienne salariée de l’institution. « C’est aussi les Allocations familiales, les accidents de travail et les maladies professionnelles, les retraites. » Autant d’organismes qui permettent de faire vivre dans les faits les principes édictés par le CNR : « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins. » De quoi traduire dans la réalité des notions de solidarité.

Port-de-Bouc, un cas d’école

Pas question de réduire cela à une vague histoire du passé. « Nous sommes au XXIe siècle et la Sécurité sociale est encore une idée neuve », claironne Patricia Fernandez-Pédinielli, Maire (PCF) de Port-de-Bouc. Cette dernière pointe d’abord les centres de santé qui ont vu le jour « dans la continuité de la Sécurité sociale [...] Il ne s’agissait pas seulement de faire du curatif mais bien de voir la santé dans sa globalité. » Un projet de société qui, malgré les difficultés, existent encore aujourd’hui. L’élue cite encore différentes initiatives menées dans sa commune pour continuer à faire vivre l’esprit du CNR.

Marjolaine Dihl (La Marseillaise, le 6 novembre 2015)

Pour aller plus loin, lire la documentation disponible sur le site officiel : www.securite-sociale.fr.

Sécurité sociale : Un enjeu de société toujours d’actualité (PCF)
Tag(s) : #Société