Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De la contre violence à l’appropriation sociale

De la contre violence à l’appropriation sociale

Contre le consensus qui a vu à Air France, la direction, le gouvernement et les médias condamnaient de concert la prétendue violence sociale, la contre-offensive a marqué des points. Une majorité de français, tout en ne l’approuvant pas, comprennent la réaction des salariés d’Air France. Est-ce un hasard si l’exécutif fait mine désormais de prendre ses distances avec la direction ?

Un immense mouvement de solidarité s’est en effet exprimé partout et nous l’avons bien senti autour de nous. Qui n’a pas été ému par le témoignage de Xavier Mathieu, l’ancien « Conti », sur Canal+ ; qui n’a pas été impressionné par l’attitude digne du syndicaliste CGT des chantiers de Saint-Nazaire qui a refusé de serrer la main du Président de la République ; qui n’a pas été convaincu par l’analyse percutante de Monique Pinçon-Charlot sur France 2 et les fortes paroles d’autres intellectuels de gauche que l’on a enfin entendus dans les médias. Interventions claires aussi des responsables politiques tels Jean-Luc Mélenchon, Pierre Laurent, André Chassaigne, Gérard Filoche, Cécile Dufflot, Olivier Besancenot et quelques autres. La gauche redevient audible quand elle retrouve le sens de la défense de l’humain contre le profit ; quand elle ne fait aucun compromis avec ceux qui réduisent les individus à des chiffres dans des calculs de rentabilité, comme avec ceux qui invoquent la race blanche ou l’identité nationale pour mieux justifier et aggraver la concurrence en l’ethnicisant ; quand elle se démarque clairement d’un gouvernement qui vole systématiquement au secours des patrons et des actionnaires, prétend agir pour inverser la courbe du chômage alors qu’il entérine tous les plans de licenciement, ferme les yeux sur le scandale de la surexploitation des travailleurs détachés ou s’en prend au Code du travail pour fragiliser encore plus le salariat.

Tout a été dit sur la violence patronale, son invisibilité que dénonçait déjà Jaurès, sa capacité à « atteindre les gens au plus profond de leur esprit et de leur corps » pour reprendre un propos de Monique Pinçon-Charlot. « La répression de la seule violence ouvrière », disait encore Jaurès, « laisse le champ libre à la violence patronale ». Celle-ci se mesure aujourd’hui à l’ampleur du chômage, à l’immense paupérisation urbaine comme elle atteint aussi les campagnes où le suicide des paysans devient récurrent.

Oui la contre violence est légitime quand elle est le symptôme d’une société malade. Il y a en effet quelque chose de pourri au royaume de France mais nous en savons les causes : le règne sans partage de la finance et la sacro-sainte dictature du profit sur la condition humaine.

Mais cette contre-violence ne suffit pas. Les libéraux ne conçoivent les rapports sociaux que sous la forme de rapports de domination sur des individus pris séparément et mis en concurrence. Ils leur imposent une contrainte externe, la loi du marché, qu’ils prétendent non discutable. Et si justement on la discutait ? Et si, comme l’écrit le philosophe Frank Fischbach dans l’Humanité, à la contre-violence légitime succédait « une entreprise consistant pour les travailleurs à se réapproprier leurs propres rapports sociaux, à en reprendre la maîtrise pour leur donner une forme qui leur permette de partager entre eux une vie digne ».

« Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience » (René Char).

Alain Hayot (La Marseillaise, le 17 octobre 2015)

Tag(s) : #Politique