Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gilardo et Broquier font bloc contre l'abandon du Pôle Liberté à Brignoles

Par E. C.

Créé le 03/06/2015 - 07:14

Les anciens élus de gauche regrettent la décision de Josette Pons d’enterrer le projet de multiplexe en centre-ville au profit de la réouverture de la Boîte à images en régie municipale

Elle en avait fait un argument de campagne. Estimant que la construction d'un complexe cinématographique en cœur de ville était « un beau projet». Quelques mois plus tard, Josette Pons s'est ravisée, se « félicitant » de n'avoir pas confié la gestion d'un tel chantier à Polymages, l'association qui a récemment déposé le bilan. Initiateur du projet de Pôle Liberté, Jean Broquier tient à lui rappeler que dans le bail construction n'apparaît nullement mention de l'association.

«Le bail avait été octroyé à la SAS Cinéma Liberté, et l'exploitation à la Sagec-Véo, un groupe exploitant plusieurs établissements en France en tant que programmateur et prestataire de services, avec un chiffre d'affaires de 6,15 millions d'euros».

Pour l'exploitation, c'est sur la SARL Polymages, qui existe toujours sous la direction de Stéphane Corréa, que misait l'ancienne municipalité…

«Tout ça pour ça!»

Puis les deux élus de s'interroger sur le fond du dossier, maintenant que la réouverture prochaine de la Boîte à images en régie municipale paraît actée, en attendant une nouvelle délégation de service public.

«Cela revient à dépenser 100.000 euros de travaux pour la rénovation du cinéma, 170.000 euros en pertes d'exploitation, plus 150.000 euros de dommages-intérêts à la SAS Cinéma Liberté au titre de la rupture du contrat. Soit 420.000 euros pour… avoir la même chose qu'avant !»

Jean Broquier rappelle ensuite que le montage financier du projet de Pôle liberté ne prévoyait pas plus d'un million d'euros à la charge de la collectivité brignolaise, et ce pour la seule démolition du bâti existant.

«Une somme d'ailleurs inscrite au budget 2014. Le reste, soit 3,6 €, aurait été financé par le privé grâce aux subventions publique*, comme c'est le cas partout en France en matière d'exploitation cinématographique.Aucun projet n'est viable sans fonds publics ! Qu'il soit en périphérie ou en centre-ville»

Aménagement global

Enfin Jean Broquier rappelle que ce projet était la première phase d'un aménagement global visant à revitaliser tout l'est du cœur de ville autour de cet équipement.

C'était d'ailleurs les préconisations, issues d'une semaine de séminaire avec des experts internationaux en urbanisme (INTA) qui plébiscitaient l'installation d'un complexe en centre-ville pour lui redonner de sa vitalité.

«200 places de parking, une salle de spectacle, l'installation de l'Eimad, une brasserie… puis dans une deuxième phase la réhabilitation de la place Saint-Pierre comme liaison vers le cours Liberté.»

Pour Claude Gilardo, Josette Pons fait ainsi fausse route, voire « tout à l'envers» en ayant annoncé récemment sa volonté de réhabiliter cette place, mais sans que rien ne soit fait pour favoriser son attrait…

*Plan de financement prévisionnel initial : Région Paca : 800.000 euros ; Conseil général du Var : 300.000 euros ; CCCP : 100 000 euros, État (SFEIC) 350.000 euros ; État (CNC) : 630.000 euros ; Fonds propres (actionnaires) : 480.000 euros et 940.000 euros d'emprunts.

Légende : Transformer l'ex collège Liberté en multiplexe cinématographique devait être la première phase de l'aménagement global visant à revitaliser tout l'est du cœur de ville.

Visuel 1:

URL source: http://www.varmatin.com/brignoles/gilardo-et-broquier-font-bloc-contre-labandon-du-pole-liberte-a-brignoles.2066445.html

Gilardo et Broquier font bloc contre l'abandon du Pôle Liberté à Brignoles par Mme PONS (UMP)
Tag(s) : #BRIGNOLES