Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’argent-roi est la base du capitalisme !

L’argent-roi !

Posté le 17 février 2015

La planète finance est l’exact opposé de la planète réelle. Cette dernière est faite de travail, où de privations de travail et de revenu, de dur labeur, de souffrances, d’insécurité sociale, sanitaire ou alimentaire. L’autre est faite de profits qui explosent, de dividendes qui gavent la petite minorité des propriétaires des grandes entreprises, des banques et autres fonds financiers rapaces, de fraudes fiscales ou d’exonérations d’impôts, de tricheries diverses. Ici, les bonnes nouvelles succèdent aux bonnes nouvelles dans les stations de ski huppées, ou sous le doux soleil des îles pour tous les requins de l’économie casino. Nous sommes plus de seize millions à ne boucler la fin du mois qu’à dix euros près mais les actionnaires des quarante plus grandes entreprises cotées en bourse vont toucher 56 milliards d’euros en dividendes, 30% de plus que pour l’année 2013.

Il a été récemment confirmé que la toute petite minorité de 1% de la population mondiale dispose d’un patrimoine dépassant celui des autres 99%. C’est dire la profondeur des inégalités qui rongent notre monde. C’est de ce côté qu’il faut rechercher les causes de ce que l’on appelle « la crise ». Celle-ci est le résultat de cette grave distorsion: l’accumulation du capital à un pôle de la société et du monde quand l’immense majorité manque de tout. Réparer cette béante fracture appelle une nouvelle répartition des richesses au profit des travailleurs et de celles et ceux qui aspirent à pouvoir travailler. Cela passe par des politiques de justice fiscale et sociale, l’amélioration des rémunérations du travail salarié et paysan.

Il y a plusieurs mois, un groupe de journaux enquêtant ensemble avait mis au jour une vaste opération consistant à accueillir au Luxembourg les profits cachés de grandes multinationales déplacés dans ce pays-paradis fiscal de l’argent-roi pour échapper à l’impôt, c’est-à-dire à la juste contribution au bien commun. Et il y a quelques jours, ce même consortium de journaux a révélé qu’entre 2006 et 2007, 180 milliards d’euros ont transité par la succursale genevoise de la banque britannique HSBC pour se soustraire aux prélèvements fiscaux. Il y a là tout le gotha du business qui va de vedettes du showbiz, à des capitaines d’industries, de chefs d’Etats à des trafiquants de drogue et d’armes mais aussi des financeurs du terrorisme que Ben Laden appelait la «Golden Chain». Bref, les mêmes qui donnent des leçons de moralité et d’austérité pour ….les autres, ceux qui souffrent déjà beaucoup.

Alors qu’au lendemain de la grande crise financière de 2008, où l’on demanda aux Etats de s’endetter pour remettre à flot le système financier, nous n’avons pas manqué de discours sur la nécessité de moraliser la finance, de la mettre au service de l’économie, qu’il fallait en finir avec les paradis fiscaux. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Jean-Claude Juncker, Premier ministre du Luxembourg, paradis fiscal s’il en est, a été promu Président de la Commission européenne ! Et il s’évertue à empêcher, avec la complicité des institutions européennes, toute enquête sur le sujet. Il est d’autant plus urgent d’harmoniser les fiscalités du capital vers le haut et de combattre pied à pied l’évasion fiscale afin d’assécher les paradis fiscaux, au lieu des comptes en banque des travailleurs. Même le système du crédit et des dettes sert à grossir aujourd’hui les fonds financiers et les banques contre les peuples en imposant des taux d’intérêts usuraires qui étranglent les pays comme la Grèce ou l’Espagne mais aussi le nôtre. Les peuples le payent en destruction de leurs droits sociaux, dont le droit au travail ou à la santé, tandis que sont vendus des biens publics. C’est sous le prétexte fallacieux de payer les dettes des Etats que les politiques d’austérité se succèdent. Et les dettes censées être remboursées ne cessent d’augmenter pour une part à cause de l’étouffement de l’austérité et pour une autre part des frais financiers exorbitants ! L’austérité est inefficace et injuste. Elle n’est qu’un poisson qui fait souffrir les plus démunis alors qu’elle enrichit les plus riches.

En France, on somme les assurés sociaux de moins se soigner au prétexte que la sécurité sociale connaitrait un déficit de 14,7 milliards d’euros en 2015. Dix fois moins que l’argent détournée en deux ans par HSBC! Surtout ce déficit n’existerait pas si les plus grands employeurs payaient enfin les 22 milliards qu’ils doivent aux caisses de protections sociales. Le pouvoir d’achat des français a baissé de 1500 euros depuis cinq ans, quand les dividendes augmentent dans des proportions qui non seulement sont indécentes, mais sont un coût insupportable pour notre économie. Alors que les promoteurs de l’austérité ne cessent de faire grincer l’antienne du « coût du travail » qu’il faudrait réduire, c’est bien « le coût du capital », c’est-à-dire les frais financiers et les dividendes aux actionnaires, qui plombent l’économie de notre pays.

L’argent doit être utile pour le bien commun et non servir la minorité des rapaces. Des réformes progressistes du crédit avec une appropriation publique de banques, une révolution fiscale, une amélioration des systèmes de protection sociale, et des retraites, une meilleure rémunération du travail, le combat contre l’évasion fiscale et la fin des cadeaux au grand capital le permettrait. Ce sont des conditions indispensables pour enfin progresser vers la justice et l’égalité républicaine.

http://patrick-le-hyaric.fr/largent-roi/

Tag(s) : #Economie