Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faire respecter le vote des grecs !

Faire respecter le vote des grecs !

Posté le 30 janvier 2015

Depuis le triomphe de nos amis de Syriza, un spectre hante les classes dirigeantes européennes : la démocratie. Une coalition guerrière de l’internationale de l’argent agite les peurs, multiplie les menaces, les pressions, les manipulations bancaires et boursières pour mettre le peuple Grec à genoux, au mépris du suffrage universel. Nous sommes très concernés ! Par leur vote les grecs ont signifié qu’ils veulent en finir avec les logiques d’une dictatoriale «Troïka », extérieure au pays et imposant ses lois austéritaires. Les puissances financières voudraient que tout continue comme avant. Le combat va être rude. C’est celui de la souveraineté populaire contre l’oligarchie. Elle craint plus que tout qu’une réussite du plan anti-austérité en Grèce puisse avoir un effet de contagion dans toute l’Europe tant les populations n’en peuvent plus du sort qui leur est fait. La réussite du projet anti-austérité en Grèce serait donc aussi la leur. Elle rendrait possible une convergence qui fait aujourd’hui cruellement défaut. Aider nos amis grecs est donc pour tous les européens s’aider eux-mêmes. Pour cela, il faut obtenir de F. Hollande qui s’était engagé à réorienter la construction Européenne, qu’il soit au Conseil européen le meilleur artisan du respect de la volonté hellène ; qu’il exprime le refus de La France de toute tentative, d’où qu’elle vienne, d’entraver la mise en œuvre du programme démocratiquement choisi en Grèce. Dans toutes les instances européennes notre pays doit être celui qui favorise en permanence la recherche de solutions positives pour la Grèce et L’Europe. Face aux oukases de la chancelière Allemande et de M. Junker étalé dans « Le Figaro » d’hier selon lequel « il ne peux y avoir de choix démocratiques contre les traités européens » il est urgent de se mobiliser. Tous devraient s’inspirer de la solidarité exprimée par les syndicats et Die Linke en Allemagne qui réfutent cette fable selon laquelle ce sont les autres peuples qui seraient mis a contribution. Ce sont surtout les taux d’intérêt usuraires qui ont permis aux banques et à des fonds financiers de prendre de l’argent dans nos poches et dans celles des Grecs. Que représentent les 12 milliards dont a besoin le nouveau gouvernement pour répondre à l’urgence humanitaire et relancer l’économie à côté des 1100 milliards que la banque centrale va créer pour les banques ? Cela vaut le coup de mener le débat et d’organiser la solidarité. Réussir là-bas c’est ouvrir l’espoir ici.

Tag(s) : #Politique