Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À Saint-Ouen, les Restos du cœur privés de camion

L’année dernière, près de 1 000 familles audoniennes ont pu être aidées et 12 000 repas ont été servis chaque semaine.
Photo : Sébastien Sindeu / Babel Photo
Retour de bâton politique ou coupe budgétaire mal placée ? Le maire (UDI) William Delannoy a refusé le concours d’un camion de la ville pour transporter les marchandises de l’association.

« Des contraintes budgétaires. » Voilà la raison officielle, invoquée par Lias Kemache, premier adjoint au maire (UDI) de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), William Delannoy, pour justifier la fin de la mise à disposition d’un camion de la ville, trois fois par semaine, au bénéfice des Restos du cœur. « Ce camion nous servait les lundis, mercredis et vendredis à approvisionner notre antenne depuis le centre départemental de Villepinte », explique, désabusé, Freddy Meyer, soixante et onze ans, responsable depuis douze ans des Restos à Saint-Ouen. S’il se refuse à en faire « une affaire politique », le militant associatif craint d’être victime d’une sorte de retour de bâton, lié à sa proximité avec l’ancienne majorité communiste. « C’est vrai, j’étais très proche de l’ancienne maire Jacqueline Rouillon, avec qui nous travaillions en bonne intelligence. Mais je ne vois pas en quoi cela devrait porter préjudice à l’association. » Laquelle prépare activement, depuis plusieurs semaines, la nouvelle campagne d’hiver des Restos, qui doit être lancée le 24 novembre.
La réduction des subventions, priorité du nouvel édile

« L’année dernière, près de 1 000 familles audoniennes ont pu être aidées par l’association et 12 000 repas ont été servis chaque semaine, détaille Freddy Meyer. Je ne comprends pas qu’on nous enlève aujourd’hui cette aide matérielle. » Heureusement, la subvention versée par la ville à l’antenne départementale des Restos du cœur, qui s’élève à 6 000 euros, n’est pas, elle, remise en cause. C’est d’ailleurs cette antenne départementale qui devrait assurer elle-même les livraisons à Saint-Ouen, en attendant un règlement de ce différend avec la nouvelle municipalité. Le responsable de l’association pour la Seine-Saint-Denis, Charles Lasbax, espère d’ailleurs pouvoir rencontrer le maire William Delannoy dans ce but. Celui-ci, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions jeudi, pourra (peut-être) rassurer son interlocuteur sur le fait qu’il ne s’agit pas là d’un « règlement de comptes politique ». Mais pourrait s’avérer moins conciliant sur le fond. En effet, depuis le début de son mandat, le nouvel édile a fait de la « réduction des subventions » une de ses priorités. « Six millions d’euros » auraient ainsi été « économisés » sur le budget 2014. « Toutes les associations sont touchées, à des degrés divers, témoigne Monique, militante du Secours populaire. D’ailleurs, la fête des associations, qui devait avoir lieu en octobre, a été purement et simplement supprimée. » « Oui, les subventions ont diminué, mais je n’ai pas asphyxié les associations », assurait le maire, il y a quelques semaines, dans le Parisien. Avant d’ajouter, pour expliquer sa politique : « Je ne fais pas du Jacqueline Rouillon. Je fais du William Delannoy. » Édifiant.
Alexandre Fache
Vendredi, 14 Novembre, 2014
http://www.humanite.fr/

À Saint-Ouen, les Restos du cœur privés de camion
Tag(s) : #Société