Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Section LA SEYNE SUR MER


Communiqué Section La Seyne/Six Fours/St Mandrier


L'austérité, "c'est pas pour tout le monde" !


En France, les politiques et les plans d'austérité
successifs de la droite puis du gouvernement
actuel, votés par une majorité de députés
socialistes, appauvrissent les Français :
8,7 millions de Français (14,3% de la
population) sous le seuil de pauvreté (soit
moins de 977 euros par mois), le plus haut
depuis 20 ans.
10,2% est le taux du chômage en France au
deuxième trimestre 2014, dans le Var en
augmentation de 7,5% sur les 12 derniers mois.
Les couples avec enfants représentent 40% de
la population pauvre et les familles
monoparentales (souvent des femmes) 25%.
Quant aux jeunes, un sur cinq vit en dessous
du seuil de pauvreté et n'a pas d'autre
solution que de vivre chez ses parents.
Avec ce constat : François Hollande avait promis de
combattre l'exclusion. C'est raté.
Mais l'austérité n'est pas pour tout le monde, car
60 millions d'euros viennent d'être versés via le
CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et
l'emploi) aux entreprises varoises pour combattre
le chômage. Comment ces fonds publics, l'argent
des contribuables, seront-ils utilisés ? Il n'existe
aucune garantie que cet argent sera utilisé pour
créer de l'emploi, puisque il n'y aura aucun
contrôle par l'administration fiscale !
Logement à La Seyne : non aux expulsions !
A La Seyne, le fruit de ces politiques a des
conséquences inhumaines et absurdes : les
expulsions locatives sont plus importantes encore
dans le privé que dans le public. Oui, inhumaines et
absurdes parce que le coût de l'hébergement
d'urgence est plus élevé que le maintien dans le
logement lui même. On jette des familles à la rue,
alors que la loi l'interdit et dit qu'il ne doit pas y
avoir d'expulsions sans relogement. La Cour des
Comptes elle-même, souvent à la pointe des
critiques, déclare qu'il lui est impossible de prouver
que les expulsions sont moins coûteuses qu'un
maintien dans le logement équivalent.
Mais les temps austéritaires réduisent le montant
des indemnisations allouées par l’État aux
préfectures pour un relogement après expulsion :
on passe de 78 à 42 millions d'euros en 2014, alors
que la pauvreté augmente en France.
Au vu des problèmes que nous rencontrons à La
Seyne, nous comprenons mieux aujourd'hui
pourquoi les cadeaux faits par le gouvernement
Valls II visaient à satisfaire les revendications des
propriétaires bailleurs contre la loi Duflot. La
suppression de l'encadrement des loyers fragilise
encore plus les locataires face aux abus de certains
propriétaires.
Pourquoi le préfet ne s'exprime pas sur les
expulsions locatives dans le Var, un des
départements le plus inégalitaire en France ?
Pourquoi le préfet ne sanctionne-t-il pas les
communes qui ne respectent pas la loi SRU (20% de
logements sociaux) ?
L’État est donc responsable, nous exprimons dans
le Var l'urgence d'un débat sur une vraie politique
du logement répondant aux besoins d'une
population victime des politiques économiques et
droitières mises en œuvre par le gouvernement
Valls.
Nous demandons la participation d'un comité
citoyen issu des associations des locataires (CIL,
CNL, Secours Populaire, etc.) et leur participation à
l'attribution des logements sociaux afin
d'empêcher les dérives et développer la
démocratie participative.
Comme le disait le célèbre généticien aujourd'hui
décédé, le Professeur Jacquard, membre de
l'association « Droit au logement » : « Les
politiques économiques au 21ème siècle seront
solidaires ou barbares ».
Le Parti Communiste de la Seyne sur Mer interpelle
le Maire et les élus de gauche, sur la pratique de
« Terre du Sud Habitat
» qui n'a rien à voir avec des
valeurs de gauche et l'engagement pris avec la
population, aux dernières élections.
Le secrétaire de la section,
Manavella Mathieu

Tag(s) : #Politique