Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un débat était organisé le 22 octobre 2014 en séance plénière du Parlement européen sur la situation à Kobané en Syrie. Voici mon intervention :

https://www.youtube.com/watch?v=zau-ghb3AqQ&feature=youtu.be

Kobané devient chaque jour un peu plus un symbole, un symbole de la résistance face à Daesh, un symbole de la résistance kurde.

Pourquoi alors la communauté internationale et surtout la coalition du même nom ne traitent pas de la même façon la lutte contre Daesh en Irak et en Syrie ? Dans les deux cas, les Kurdes sont en première ligne.

Alors certes en Irak le gouvernement a demandé cette intervention et il n'en est pas de même en Syrie. Nous savons tous pourquoi.

La lutte contre Daesh doit être cohérente. Ce monstre n'est pas surgi de nulle part. Il résulte effectivement de la détérioration de la situation en Syrie, de la façon dont la communauté internationale a laissé le peuple syrien se faire massacrer sans réagir par son dictateur. Ce monstre Daesh a longtemps été aidé, et l'est sans doute encore, directement ou indirectement, notamment par les puissances du Golfe. Daesh est une organisation barbare, terroriste qui échappe aujourd'hui à tout contrôle.

Oui, il est temps de réagir, et oui il est temps de dire haut et fort notamment à la Turquie que ses atermoiements ne sont pas de mise et qu'elle ne peut prétendre entamer un processus de paix avec le PKK et refuser toute aide à leurs amis syriens.

Oui, il faut que les armes comme les combattants et combattantes - et pas seulement les peshmergas irakiens - puissent passer la frontière réellement, au seul endroit où c'est possible, c'est-à-dire la Turquie. Pour le moment, ce ne sont largement que des mots.

Nous ne pouvons pas tantôt saluer le courage des Kurdes, tantôt les traiter de terroristes en fonction des intérêts internes en Turquie.

Il est temps de demander la sortie du PKK des organisations terroristes de l'Union y compris pour aider au processus de paix en Turquie.

Il est temps d'aider les Kurdes sans atermoiements dans leur combat contre Daesh, au bénéfice de toutes les minorités et de tous les démocrates.

Il faut réagir, vite, pour éviter un second Mossoul. À Kobanê il y a plus de 10 000 personnes qui attendent et qui risquent de se faire massacrer à tout moment.

Tag(s) : #Monde