Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mépris de classe


Lire l'éditorial de Maud Vergnol dans l'Humanité ce vendredi : "Les riches ont raison d’avoir peur du peuple. La colère froide doit trouver les moyens de se transformer en insurrection citoyenne."

Nos colonnes n’ayant pas vocation à commenter les vaudevilles bourgeois et à alimenter le feuilleton affligeant de la télé-réalité politique, l’Humanité ne s’est donc pas précipité sur le manuscrit de notre consœur de Paris-Match.

Mais l’ampleur des réactions suscitées par les propos attribués à François Hollande sur les «sans-dents» mérite bien qu’on s’y attarde. Moins pour accorder du crédit à cette prose vengeresse, que pour constater comment elle fait remonter à la surface la colère des Français face au mépris de classe du gouvernement Valls. Car ce nouvel épisode intervient quelques jours seulement après que le ministre du Travail, François Rebsamen, a cru bon, lui aussi, de singer la droite sarkozyste. Ainsi donc, si le chômage continue de progresser, c’est moins l’échec de sa politique que la responsabilité des chômeurs eux-mêmes, forcément suspects.

Le peuple est KO? Le gouvernement lui remet une droite en allant faire allégeance aux marchés financiers et à ses amis du Medef. Le peuple se sent floué? François Hollande en remet une couche en jetant par-dessus bord ses engagements de campagne, sa majorité, son parti, et les électeurs de gauche qui l’ont porté au pouvoir. Le peuple ne se sent pas représenté? Voilà qu’on nomme un banquier d’affaires au sourire impeccable à Bercy.

Et gare à ceux qui oseraient y voir l’agonie du régime monarchique de la VeRépublique ou les ravages de l’oligarchie financière… «Des populistes ringards», nous explique-t-on. Pendant ce temps, une autre professionnelle de la politique, héritière millionnaire bien propre sur elle, se frotte les mains et attend son heure en se faisant passer pour la candidate «anti-système».

Pour résumer, il faudrait donc laisser à une poignée de technocrates et affairistes les clés du pouvoir contre les aspirations au progrès social des «sans-dents», des prolétaires et de tous les indignés de la planète. Les riches ont raison d’avoir peur du peuple. La colère froide doit trouver les moyens de se transformer en insurrection citoyenne.

Maud Vergnol
Vendredi, 5 Septembre, 2014
http://www.humanite.fr/

Tag(s) : #Politique